Qui es-tu Morgane Rospars ?

Une artiste qui au départ voulait être une sirène. Une femme née dans les années 80. Une bretonne installée au Havre. Une piètre cuisinière (sauf le riz au lait au caramel). Une personne qui adore dessiner, ça tombe bien, c'est ce qu'elle fait toute la journée !

En savoir plus !

On en parle dans la presse :)

Tout voir

Modes & Travaux : 5 pages "Élégant et intemporel, l'ex-libris sert à marquer un livre du sceau de son possesseur. Notre créatrice s'amuse à concevoir des modèles contemporains de ces empreintes en vogue dès le XVII ème Siècle. Ses créations ne manquent pas de cachet et marquent les pages pour la vie, à l a manière d'un tatouage".

My Little Paris "Depuis qu'on a découvert cette créatrice aux traits délicats et espiègles, on n'a plus qu'une obsession : tamponner, tamponner, tamponner. Sur un livre, sur un carnet, et même sur notre peau".

Dim Dam Dom : "Depuis quelques années, Morgane Rospars remet au goût du jour cet objet en créant des collections de tampons en édition limitée. Pour les fêtes, Morgane Rospars s’associe à LNA Céramique. Voilà donc un bel objet revisité, artisanal et fait en France, qui permet de personnaliser les livres mais qui a aussi toute sa place en décoration, posé sur le bureau ou la bibliothèque".

Ex-libris : l'art et la manière d'une tradition oubliée.

Un ex-libris (du latin ex libris meis, « faisant partie de mes livres ») est en bibliophilie une gravure personnalisée qu’un collectionneur colle sur le contreplat (l’intérieur de la couverture) ou sur la page de garde de ses livres, comme marque d’appartenance. L’ex-libris existe aussi sous forme manuscrite, de tampons, de cachets, etc…

Un peu d'Histoire : Aménophis III conservait ses papyrus dans une boîte à son effigie. Cette dernière constitue l'une des premières formes d'ex-libris et remonte à environ 1400 av. J.-C. Les manuscrits enluminés du Moyen Âge portaient aussi la liste de leurs propriétaires successifs. Des ex-libris rédigés à la main et richement ornés et armoriés. C'est aussi la cas des anciens talmuds permettant d'inscrire le livre dans la transmission. Le plus ancien ex-libris gravé en français date de 1529. Les ex-libris ont connu un nouvel essor au XIXe Siècle, lorsque la diffusion du livre s'amplifie avec l'industrialisation de la production de papier et le développement de la bibliophilie.